De la monarchie à la démocratie

Auteur: Nataly Venger
Trad.: 
Louise Nussbaumer

Les Mennonites ont été invités par Catherine la Grande à venir dans l’Empire russe. Comment la monarchie a-t-elle changé son attitude à l’égard des Mennonites, et pourquoi?

Privilèges

Catherine II a été à l’origine de la colonisation mennonite. C’était une méthode pour cultiver de nouvelles terres : augmenter la population pour améliorer l’économie de l’Empire. La politique de l’émigration active pour les mennonites leur a donné de grandes perspectives économiques. ‘Les Privilèges Mennonites’ ont été signés par l’Impératrice en 1788. Il est intéressant de noter que d’autres groupes ethniques et la population russe n’avaient pas ces avantages.

 

Morale

Paul I (1796-1801), Alexandre I (1801-1825) et Nicolas I (1825-1855) ont aussi soutenu les Mennonites. Paul I a donné aux mennonites une ‘Charte de Privilèges’  voyant leur conduite morale comme un exemple pour d’autres groupes sociaux. Alexandre I a mis en place de nouvelles règles de colonisation en comptant sur des immigrants riches. Il ordonna de rassembler toutes les lois antérieures dans les ‘Statuts des Colonies’. Le roi a subventionné la construction d’églises dans les villages d’Orloff et Rudnerweide. La colonie d’Alexandrwohl a tiré son nom d’Alexandre qui visita Steinbach et Tiege. L’idéologie de Nicolas I se retrouve dans le slogan ‘Orthodoxie, autocratie et nationalité’. Même si les mennonites sont protestants, ils soutenaient l’idée du ‘roi comme père’. Ils démontrèrent leur dévouement à la monarchie. En 1837  Nicolas II a également soutenu les ‘Privilèges’.

 

Changement de statut

La modernisation et l’unification menées par Alexandre II ont introduit un nouveau chapitre dans l’histoire des colonies. En 1871-1874 les mennonites perdirent leur statut de ‘colons’ et furent contraints à un service militaire alternatif. Cependant les réformes n’arrêtèrent pas le développement des colonies, surtout parce que Alexandre II ne soutenait pas les nationalistes. Les mennonites gardèrent l’idée d’un ‘messianisme économique’ qui déterminait leurs liens avec la monarchie. Une nouvelle colonie porta le nom d’Alexandre.

 

De la monarchie à la démocratie

Alexandre III (1881-1894) et Nicolas I (1894-1917) étaient influencés par des sentiments nationalistes. Suivant cette idéologie, ils assimilaient la nation russe à l’orthodoxie et étaient contre les protestants. Nicolas II a soutenu la législation anti-allemande de 1914-1918. Pendant longtemps, les mennonites ont soutenu la monarchie. Un processus démocratique, suite à la révolution de 1905-1907 mit les colons en dialogue avec le gouvernement et changea l’attitude mennonite qui étaient à l’origine des soutiens de la monarchie en soutiens de la démocratie et du système parlementaire.