Moments clés dans l’histoire des Mennonites polonais

Auteur: Michał Targowski
Trad.: 
Louise Nussbaumer

Depuis leur arrivée au 16ème siècle jusqu’au triste moment de leur départ en 1945, les Mennonites ont joué un grand rôle dans l’histoire difficile de la Pologne, autrefois  patrie de la plus grande population mennonite au monde.

 

Bienvenus et craints

Au milieu du 16ème siècle les premiers Mennonites s’installèrent en Pologne. Leur émigration des Pays-Bas vers le delta et la plaine de la Vistule  suscitait  toutes sortes de réactions parmi la population locale. D’une part on les voyait comme une menace pour l’église catholique ou protestante et des concurrents dangereux pour les métiers  de la ville. D’autre part, ils étaient les bienvenus pour leur talent à cultiver les terres marécageuses. De temps en temps, les villes, les évêques et la noblesse souhaitaient le départ des Mennonites, mais ils restèrent, soutenus par les rois, les seigneurs et les administrateurs des grands domaines.

 

Contrairement  aux autres pays, la Pologne était connue pour sa tolérance religieuse garantie par la loi. En 1642, les Mennonites polonais eurent un privilège particulier : la liberté de conscience et la protection en cas de persécution. Mais au 17ème et 18ème siècle les guerres du Nord ont décimé ou même anéanti beaucoup de colonies mennonites, détruites par des troupes nomades et des épidémies.

 

Liberté perdue

Pendant plus de deux siècles le Commonwealth polonais-lituanien était un endroit où les Mennonites pouvaient vivre selon leur foi et leurs traditions. Cela changea complètement avec les divisions de la Pologne en 1772 et 1793, où certaines  régions furent rattachés au royaume de Prusse. La nouvelle monarchie leur imposa de nouvelles lois ils furent obligés de payer une grande somme chaque année pour être exemptés du service militaire et n’eurent pas le droit d’acheter de nouvelles  fermes. Ceci provoqua une nouvelle émigration vers l’Est. Quelques mennonites s’installèrent à Plock et Varsovie, mais la plupart répondirent à l’invitation de la tsarine Catherine II à venir coloniser les steppes russes. Les familles qui restèrent en Prusse s’identifièrent de plus en plus  avec les Allemands et en 1870 ils finirent par perdre la lutte pour l’exemption du service militaire. Entre temps un nouveau courant d’émigration entraîna beaucoup de Mennonites de Prusse en Amérique du Nord et du Sud.

 

Après la deuxième Guerre mondiale les Mennonites vivant à Zulawy et la plaine de la Vistule furent séparés par de nouvelles frontières de la République de Pologne, de l’Allemagne et de la ville libre de Gdansk. Traités d’Allemands et accusés d’être responsables des désastres de la Deuxième Guerre mondiale, ils durent quitter leurs maisons au début de 1945. Ils partirent surtout vers l’Allemagne ou les Etats-Unis. Ainsi leur présence de plus de 500 ans en Pologne s’acheva de manière dramatique et douloureuse.